Peut-on mourir du cancer de la prostate ?

5/5 - (1 vote)

Le cancer de la prostate s’apparente à un cancer très fréquent auprès des hommes. Cette tumeur maligne s’établit à cause des sarcomes ainsi que des carcinomes de la prostate. Toutefois, la tumeur adénocarcinome représente la principale cause. Se développant à partir des tissus de la prostate, il tend à évoluer lentement. Alors, peut-on mourir du cancer de la prostate ? Découvrez-le au travers de cet article !

Le cancer de la prostate : espérance de vie du stade avancé localement

Localement avancé, le cancer de la prostate du stade T3 ou T4, représente un adénocarcinome qui envahit les vésicules séminales. Mis à part les vésicules séminales, il envahit également le rectum, la vessie, etc. Il convient de retenir qu’à ce stade, ce cancer n’a pas encore touché les organes lointains. Non seulement ceci, il n’y aura pas de métastases.

En règle générale, le traitement de référence consiste en une radiothérapie qui s’associe à une hormonothérapie. Dans le même temps, ce dernier consiste encore en une chirurgie qui s’associe aussi à une hormonothérapie.

À cet effet, le cancer de la prostate présente à ce niveau, une espérance de vie assez positive. Et ce, avec une survie de plus de 95 % après 5 ans.

Lire aussi :   Peut-on mourir du cancer du col de l'utérus ?

Le cancer de la prostate : espérance de vie du stade IV

Au stade métastatique (stade IV), le cancer de la prostate à distance, s’infiltre aux ganglions lymphatiques. Par la suite, il forme les métastases susceptibles de coloniser des organiser assez lointains. Traité ou pas, le cancer de la prostate se métastase rarement. (1 cas sur 10 environ). Après sa métastase, dans la plupart des cas, il engendre la formation des métastases osseuses.

En réalité, les métastases osseuses présentent de sombres pronostics habituellement. Mais, dans ce cas, nous observons le contraire. Qu’il soit métastasé ou pas, très souvent, ce type de cancer évolue lentement.

Lorsque surviennent les métastases, le cancer de la prostate du stade IV offre une espérance de vie à cinq ans, 50 % environ. Certes, ce chiffre s’avère décourageant. Mais, vous pouvez toujours vivre plus longtemps (avec le cancer de la prostate du stade IV). Désormais, celui-ci se considère comme une maladie chronique.

De même, la survie des individus atteints par le cancer de la prostate s’améliore progressivement. Et ce, grâce aux nouvelles associations thérapeutiques et les nouveaux traitements.

Notez bien qu’il n’y a pas une seule façon de définir l’espérance de vie des patients atteints du cancer de la prostate de stade avancé. Ce stage d’évolution joue un rôle prépondérant pour déterminer les risques de récidive. Le type de tumeur, la réponse aux traitements hormonaux, les traitements systématiques et locaux sont tous des facteurs décisifs.

En outre, il faut notifier que le profil du patient joue aussi un rôle primordial. Son projet de vie et sa volonté doivent pleinement être considérés par les médecins. Ces derniers impacteront son pronostic.

Lire aussi :   Pourquoi consommer de la vitamine B17 ?

Le cancer de la prostate : quels sont réellement les divers stades ?

Les distincts stades du cancer de la prostate au moment du diagnostic, correspondent à la catégorisation de leur étendue. Parfois, les médecins subdivisent le cancer de la prostate en groupe fondé où la tumeur se propage :

Le stade localisé

Le stade localisé du cancer de la prostate veut dire simplement que la tumeur se trouve dans le prostate. Ce dernier n’a pas encore atteint les tissus voisins. De plus, il ne s’est pas encore propagé à des parties éloignées du corps.

Le stade localement avancé

Ce stade (localement avancé) notifie juste la propagation de la tumeur hors de la prostate. Retenez bien que cette propagation n’a pas encore touché les ganglions lymphatiques ou encore les parties éloignées du corps.

Le stade métastatique

Le concert au stade métastatique veut dire que la tumeur s’est répandue au-delà de tissus qui entourent la prostate. Après, elle va atteindre les ganglions lymphatiques ou les parties du corps à distance de la prostate : les os, le foie, les poumons, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *