Peut-on mourir d’un cancer de la vessie ?

5/5 - (1 vote)

En France, le cancer de la vessie s’apparente au septième cancer le plus fréquent. Parfois diagnostiqué aux alentours de 70 ans, il touche plus les hommes que les femmes. Toutefois, pourrait-on mourir du cancer de la vessie ? Découvrez-le au travers de cet article !

Cancer de la vessie : de quoi s’agit-il réellement ?

Plus souvent, le cancer de la vessie se développe à partir de la muqueuse de la vessie. Notamment, sur l’épithélium urothélial. De ce moment, vient le nom de carcinome urothélial qui lui est aussi attribué.

Par ailleurs, il convient de notifier qu’il existe deux types de cancer de la vessie. Premièrement, il y a celui superficiel qui est limité à la muqueuse de la vessie. Deuxièmement, le cancer (de la vessie) invasif qui atteint la couche tissulaire (musculeuse). Étant plus violent, celui-ci requiert un traitement assez radical.

Cancer de la vessie : Espérance de vie et pronostic

Le cancer de la vessie, dans la plupart des cas, se détecte à un stade précoce. Quand il se détecte au stade non invasif, le taux de survie à 5 ans est de 80 % à 90 %. Par contre, lorsqu’il est déjà profond au moment du diagnostic, ce taux est un peu moins de 50 %.

Lire aussi :   Comment savoir si on a un cancer ?

Notez bien que ce cancer, après guérison, est sujet à la récidive dans 50 % à 70 % des cas de tumeur non invasive. Pour anticiper les éventuelles rechutes, les individus touchés par le cancer de la vessie, devront régulièrement être suivis durant toute leur vie.

Cancer de la Vessie : quels sont les divers moyens pour le traiter ?

De prime abord, sachez que les soins au cancer de la vessie suppriment la tumeur ainsi que les éventuelles métastases. Pour terminer, ils réduisent les risques de récidive et traitent les symptômes. En fonction de la localisation et du stade, il y a trois traitements au cancer de la vessie

Lire aussi : Peut-on mourir du cancer de la prostate ?

La chirurgie

Dans le but de limiter la progression de la maladie, la chirurgie retire la tumeur. Mis à part ceci, elle réduit également les risques de récidive. D’ailleurs, il existe deux types de chirurgie. Primo, il y a la résection transurétrale de la vessie (RTUV). Cette dernière convient aux tumeurs superficielles. Secundo, il y a l’exérèse d’une partie de la vessie ou de la totalité de la vessie.

La radiothérapie

Ce moyen de traitement peut être recommandé pour détruire la tumeur. En règle générale, la radiothérapie s’associe à la chimiothérapie. Alors, on parle de radio chimiothérapie concomitant. Retenez bien qu’en cas de contre-indication à la chimiothérapie, elle peut encore être réalisée seule. Dans le même temps , la radiothérapie soulage les douleurs ou maîtrise des symptômes dus aux saignements.

La chimiothérapie

Non seulement elle agit sur tout le corps, mais elle détruit aussi les cellules cancéreuses. Même à distance de la tumeur initiale. Et ce, dans le cas des métastases.

Lire aussi :   Peut-on mourir du cancer du col de l'utérus ?

Cancer de la vessie : quelles sont les différentes causes ?

Au même titre que les autres cancers, déterminer les causes qui provoquent le cancer de la vessie se révèle complexe. En revanche, les principaux facteurs de risque peuvent être identifiés.

Le tabagisme est le premier incriminé. Il serait responsable de 40 % des cancers de la vessie. L’exposition prolongée à certaines substances qui serait de plus, une mise en cause de sa survenue. Et ce, dans le cadre des activités professionnelles (colorants, caoutchouc, textiles). S’ajoutent à ceci, certaines chimiothérapies à un autre cancer. Elles peuvent augmenter le risque de développement ultérieur du cancer de la vessie.

En outre, sachez que le principal examen que proposent les médecins dans ces cas est l’analyse de l’urine. Le cancer est avéré quand les cellules anormales sont détectées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *