Quel est le taux de CRP en cas de cancer ?

4/5 - (1 vote)

La CRP ou protéine C réactive est une protéine sécrétée par le foie suite à une inflammation ou à une infection de l’organisme. Elle est dosée dans le but de donner une connaissance de l’état inflammatoire d’un individu à un instant donné. Cependant, ce dosage est fait en dans diverses visions. Cet article vous apportera de meilleures explications sur la connaissance du taux de CRP dans le cas d’un cancer.

Origine et dosage de la CRP

L’origine de la CRP n’est pas un mystère. Son dosage ne l’est pas non plus.

Origine de la CRP

L’organisme est fréquemment confronté à des agressions, qu’elles soient d’origine externe (un virus, une bactérie, un traumatisme) ou interne (cancers, pathologies auto-immunes, etc.). Si c’est le cas, l’organisme met en place un système de défense : c’est la réaction inflammatoire. De nombreux composants cellulaires et chimiques sont alors déversés pour lutter contre le danger. Lesquelles composants sont des messagers que l’on nomme : les cytokines. Ceux-ci vont engendrer de multiples signes clinico-biologiques ayant une répercussion sur le système nerveux. Vous avez par esquisse la fièvre, la somnolence, l’anorexie. Ils agissent également sur les vaisseaux sanguins, mais aussi sur le foie qui synthétise des protéines de l’inflammation (dont les CRP font partie).

Dosage de la CRP

Le dosage de la CRP est attesté pour la recherche et le suivi d’un mécanisme inflammatoire qui débute, car son temps de réponse à une infection est rapide (6 à 12 h). Il peut être nécessaire de doser d’autres protéines de l’inflammation en vue d’une meilleure compréhension de celle-ci : certaines d’entre elles surgissent tardivement (la procalcitonine, la SAA) et favorisent alors une surveillance évolutive de l’infection. Il est logique de pratiquer un dosage de la CRP à la fin d’un examen de routine qui met en exergue une vitesse de sédimentation élevée.

Lire aussi :   Combien de temps peut-on vivre avec un cancer non soigné ?

Les valeurs tolérables du taux de CRP sont comprises en dessous des 6 mg / l de sang.

Les effets du cancer vis-à-vis du taux de CRP

À l’instar de la protéine C-réactive, les cellules cancéreuses circulent dans le sang. Ces dernières influencent d’une manière ou d’une autre la protéine C-réactive.

L’activité des cellules cancéreuses

En effet, le corps humain est constitué d’environ 200 types de cellules différentes grâce à leur rôle ou leur spécialisation. Une cellule de la peau, par exquise, ne présente pas les mêmes caractéristiques qu’une cellule du muscle du cœur. Par ailleurs, les anomalies génétiques permanentes à l’origine d’un cancer modifient les cellules de sorte qu’elles perdent plus ou moins leurs caractéristiques d’origine. À l’issue de la découverte d’un cancer, il subvient que l’anatomopathologiste ou le médecin en charge de l’analyse microscopique ne parvient plus à définir l’origine de la cellule. Ceci est appelé tumeur « indifférenciée ».

À l’inverse, certaines tumeurs sont constituées de cellules peu différentes de la cellule d’origine ; elles sont dites « différenciées ». Au sein d’une tumeur, la perte des caractéristiques d’origine des cellules, autrement dit la perte de leurs caractéristiques histologiques, constitue un des critères d’agressivité de la tumeur.

Néanmoins, les cellules cancéreuses ont le pouvoir d’incarner les cellules qui les entourent et de les utiliser à leur avantage. La tumeur est généralement formée par une agglomération de cellules cancéreuses et de cellules normales ; lesquelles cellules collaborent.

Variation de la CRP vis-à-vis du cancer

Certes, un cancer, particulièrement celui colorectal, est accompagné généralement d’une élévation de la CRP. Cependant, ce marqueur n’a rien de spécifique et il peut être normal en dehors de l’existence d’un cancer. La CPR n’a pas d’intérêt dans la prise en charge des infections chez les patients atteints d’un cancer colorectal. Les taux élevés de la CRP, en marge de tout épisode infectieux, sont particulièrement liés au statut pression sanguine. Contrairement à la taille de la tumeur. Retenez donc que chez certains patients, l’activité des cellules cancéreuses fait élever le taux de CPR. Par ailleurs, l’existence de cancer n’est toujours pas un facteur d’amplification du taux de CRP ; à voir le type de cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *