Comment savoir si on a un cancer ?

5/5 - (1 vote)

Le cancer est une maladie qui se caractérise par la fuite aléatoire des cellules. Il se manifeste par le drainage aux mécanismes de régulation assurant le développement rythmé de l’organisme. Le taux des personnes souffrant d’un cancer s’élève à 18,1 millions. La suite de cet article vous permettra d’avoir une connaissance perspicace sur comment savoir qu’on a un cancer.

Les types de cancer existants

Le cancer est essence de plusieurs maladies occasionnelles sans mentionner le grand nombre de sous-catégories. De ce fait, chacun des organes et chacun des types de cellules peut être à l’origine d’une tumeur cancéreuse. Du coup, il existe plusieurs types différents : cancers de seins, des poumons, de cerveau, etc. Effectivement, il est strictement Impossible de présenter tous les types de cancer existants. Cependant, 2 formes de cancer vous seront présentée, à savoir : cancers de seins et les cancers de poumons.

Concernant les cancers de seins, reconnaissez comme signalé précédemment, il en existe sous différentes formes. Ainsi, pour les pathologies similaires, chaque cas exprime des particularités spécifiques.

Le cancer dit du poumon est la première cause de la mort par cancer. Le tabagisme en est exclusivement la cause dans environ 90 % des cas. Il subsiste particulièrement deux catégories de cancer du poumon, de différentes primeurs. La plupart des cas sont des cancers de cellules de la paroi des bronches. Plus 67 % des cas de ce type de cancer touchent les hommes. Cependant, le taux de cancers du poumon s’amplifie quotidiennement chez les femmes. Soit trois fois plus de cas annuellement en 20 ans. Ces données affichent celles de la consommation du tabac chez les femmes.

Lire aussi :   Peut-on mourir d’un cancer de la vessie ?

Les symptômes du cancer de sein

Les symptômes de ce type de cancer sont entre autres : l’apparition de masse dure, fixe ou mobile, dans un sein et aux circonférences ; Gonflement non douloureux au niveau des aisselles ; écoulements spontanés au niveau d’un mamelon ; modification d’un des deux mamelons…

La propagation du cancer de seins dans l’organisme peut engendrer d’autres symptômes. C’est l’exemple de la perte de poids, la fatigue, douleur des os, la nausée ou une trouble de vision. Par ailleurs, le carcinome inflammatoire est un cancer de seins, rare. Il s’exprime par l’état chaud d’un sein, suivie d’une rougeur et d’un gonflement. Ce type de cancer du sein évolue brutalement et il est plus complexe à soigner.

Les symptômes du cancer des poumons

Plusieurs symptômes caractérisent le cancer des poumons. Par catégorie, nous pouvons classer les symptômes fréquents et les symptômes moins fréquents.

Symptômes fréquents du cancer des poumons

Concernant les symptômes fréquents, nous avons : l’apparition de la toux ; Les expectorations (crachats) sanguinolentes (hémoptysie) ; L’infection pulmonaire (bronchite ou pneumonie) à répétition ; Des douleurs importantes, aiguës ou chroniques (comme un point de côté évoquant un déchirement musculaire, des douleurs de l’épaule évoquant un rhumatisme) ; Perte de poids ; Perte d’appétit ; Fatigue inexistante et persistante.

Symptômes moins fréquents du cancer des poumons

Les symptômes, moins fréquents sont entre autres : une modification de la voix ou une extinction de la voix persistante liée à la compression de l’un des nerfs impliqués dans le fonctionnement des cordes vocales. On parle de dysphonie. Elle est parfois associée à des troubles de la déglutition (difficultés à avaler) et à des fausses routes alimentaires (les aliments qui passent dans les voies respiratoires) ; Une respiration sifflante. Elle peut être engendrée par la compression de la trachée et des grosses bronches. Ce phénomène est aussi appelé « wheezing » ; Des difficultés à avaler en relation avec la compression de l’œsophage (dysphagie) ;

Lire aussi :   Peut-on mourir du cancer de la prostate ?

Une difficulté à respirer liée à une pleurésie (autrement dit à la présence de liquide entre les deux feuillets de la plèvre) ; Des douleurs thoraciques liées à une péricardite (autrement dit à la présence de liquide entre les deux feuillets du péricarde, membrane qui entoure le cœur) ; L’affaiblissement ou une faiblesse de la paupière d’un seul œil et le rétrécissement de la pupille du même œil, appelés syndrome de Claude-Bernard Horner ;

Un œdème de la face et du cou, des maux de tête, des veines apparentes sur la partie supérieure du thorax, provoqués par la compression de la veine cave supérieure. Il s’agit du « syndrome de compression cave supérieure » ou du « syndrome cave supérieur » ; Des douleurs du cou jusqu’au bras accompagnées d’un syndrome de Claude-Bernard Horner, appelé syndrome de Pancoast Tobias qui peut révéler une tumeur de l’apex.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *